Les avantages du pari sportif en ligne

Le pari sportif en ligne est un loisir légal qui permet aux passionnés de vivre pleinement leur sport. En effet, loin d’être une perte de temps ou d’argent, le pari en ligne relève d’un certain art. Le principe est simple : parier sur un aspect de l’événement sportif et encaisser les gains en cas de succès. Aucune place à l’improvisation donc ! Afin de réaliser son pari dans les règles de l’art, il est important de s’inscrire sur un site légalement reconnu pour cette activité.

Une multitude de disciplines

Quelle que soit la branche dans laquelle vous excellez, le pari sportif saura vous satisfaire. Il est en effet possible de miser sur plusieurs catégories de sports, allant du football au beach volley. Les paris peuvent aussi être faits en direct ou ultérieurement. Dans tous les cas, la transparence et la rapidité des résultats sauront vous inspirer confiance et vous encourager dans votre initiative. Dès que vous effectuez votre mise de départ, vous avez la possibilité de gagner des centaines, voire des milliers, de fois cette dernière. Pour vous donner toutes les chances de réussir, les meilleurs sites de pari en ligne vous accompagnent.

bâtiment casino Jeux                                                                     Creative Commons (CC)

 

Un encouragement constant

Beaucoup pourraient émettre des réticences à l’égard du pari sportif. Mais, cette activité est aussi intense en sensation que le sport lui-même. Que vous soyez débutant ou expert dans le pari sportif, sachez qu’il existe des dispositions spéciales pour vous faciliter la vie. Vous pouvez en effet bénéficier de code promo, dont le but est de vous combler de cadeaux. Qu’il s’agisse de remise sur votre pari ou de cadeaux en nature, rien n’est de trop pour vous contenter. Le Code promo netbet offre par exemple les meilleurs avantages pour le pari sportif en ligne.

Forza Motorsport 6 veut surpasser son héritage

Dans moins de 10 jour, tout le monde pourra jouer à Forza Motorsport 6, que ce soit en version dématérialisée ou en version boite, en Amérique ou en Europe.
Nous sommes donc en pleine période de promotions pour le jeu. Début Septembre, Dan Greenawalt a fait un tour européen pour présenter le jeu (je vous avais d’ailleurs raconté cette journée dans le billet précédent : )
En même temps une démo était mise à disposition des joueurs sur le XboxLIVE.


Cette démo reprend en fait le début du jeu, avec une vidéo d’introduction qui donne envie, une fichue première course au volant de la voiture emblématique du jeu : la future Ford GT sur le coloré et tortueux circuit imaginaire de Rio.
Je dis « fichue » car comme d’habitude, cette première course vous expliquant les commandes vous met au volant d’une voiture avec freinage assisté ce qui peut gâcher la première expérience sur le jeu. J’entends bien que c’est pour les nouveaux pilotes, mais cela nous contraint tout de même beaucoup.
Nous allons donc facilement gagner cette première course, ce qui va nous amener à la première étape du mode carrière qui est un championnat de qualifications pour la suite.
Je vous laisse ici ma vidéo découverte des dix premières minutes de la demo :

Un choix parmi 5 voitures de performances équivalentes.
3 courses permettant de découvrir les nouveautés du jeu, avec un accompagnement pour le pilote pour le réglage des aides et de l’intelligence artificielle : les drivatars.
Il faut absolument terminer dans les 3 premiers pour progresser vers la course suivante.

1ère course : Lime Rock – bonne condition météo et de visibilité. Nouveau circuit dans la série des Forza. Une découverte donc pour le pilote.

1ère constatation, en vue ras du sol, le compte-tour a disparu durant le compte à rebours, donc attention à vos départs. Comme d’habitude nous partons au milieu du peloton de 23 autres voitures. Les moteurs vrombissent, les pneus crissent, la course est lancée…


Ayant réglé les drivatars à l’avant dernier niveau, il va me falloir comme vous avez pu le voir quelques courses pour remplir l’objectif.
Ce que je retiens de cette 1ere course :
– sortir de la piste ne vous fera pas forcément aller dans la colle (dans les autres Forza dans certaines zones en sortant, ou en mordant sur le bord de la piste, on restait collé brusquement, la voiture n’avançant plus qu’à très faible vitesse, en multijoueur cela pouvait causer quelques accrochages…) mais vous pénalisera bien !
– tiens y a des pneus sur la piste, ils viennent de la protection que l’on vient de défoncer
– attention aux vibreurs, il ne faut pas en abuser.
– la sensation de sentir les décrochages de la voiture et les différentes surfaces est bien présente !
– les drivatars fonctionnent plutôt pas mal, craquent sous la pression pour certains, se loupent comme nous, se bagarrent pour la place !
– les dégâts visuellement ne semble pas impressionnant, bon mais « Maintenant elle va marcher beaucoup moins bien, forcément…  » …

A la fin de la course, on découvre le système d’expérience (qui va vous permettre de gagner un lot pécuniaire ou automobile), d’affinité (gains de crédit pour chaque niveau) et de gains.

Nous sommes toujours accompagné par la voie du tutoriel, qui nous présente la course suivante et les mods. Les mods sont comme des atouts que l’on peut acheter contre des crédits du jeu et utiliser (3 maxi à la fois) pour gagner plus de crédits, gagner des places sur la grille, avoir des bonus d’adhérence, des restrictions permettant d’augmenter les gains (conduite en vue interne uniquement par exemple). Ce n’est pas trop mal foutu et ca peut permettre de mettre un peu de beurre dans les épinards dans le jeu.

2eme course : Yas Marina – beau temps, mais de nuit

Nuit, si on peut dire car j’imagine pas la facture d’électricité du circuit…
Ce que je retiens de cette course :
il y a désormais des barrières de pneus, où avant il y avait des possibilités de coupages pour gagner du temps, il va falloir soigner sa trajectoire dans certaines zones !
Il paraît que les pneus mettent plus longtemps à chauffer du fait des températures moins élevées, je n’ai pas fait attention à ce paramètre et je ne l’ai pas spécialement ressenti. Pour la sensation de piloter dans la nuit, avec la gestion de l’obscurité, je vous conseille plus de regarder la vidéo du post précédent.

C’est sans grande difficulté que j’ai rempli l’objectif pour passer à la course suivante.

C’était un intermède dans le championnat pour présenter les événement du type « Rassemblement » . Nous allons avoir le droit à une petite présentation du type de course particulier qu’est l’Indycar par un pilote professionnel !

Rassemblement Indycar – Anneau de vitesse du circuit d’Indianapolis – beau temps, de jour…

Voici ce que cela a donné …


Ce que j’en retiens :
– Comme sur FM5, je n’arrive pas à gérer le départ en monoplace, ça cale et je pense que c’est général.
– Les drivatars ont un comportement spécial, avec des freinages intempestifs, ce qui à 380 km/h ne pardonne pas !
– l’impression de vitesse est très présente et les réflexes vont devoir être affûtés à 24 sur la piste. Ca peut être bien sympa !
– l’aspiration marche bien et en se combinant bien, 2 pilotes devraient être capables de bien remonter sur un peloton éloigné en tête.

Le podium accroché, me voila parti pour la troisième et dernière course de cette démo.

3eme course : Sebring – de jour, sous la pluie

Ce n’est plus de la pluie ! Ca été le déluge !
Je vous laisse juger par vous même :


Ce que j’en retiens :
– les flaques d’eau comme pris par Dan Greenawalt vont vraiment influencer votre conduite physiquement, mais aussi en terme de trajectoire et d’adaptation de sa vitesse.
– c’est vraiment dommage que ce ne soit pas évolutif, car après le passage de 24 voitures à la suite, j’imagine que la flaque sera différente par sa taille par rapport au début…
– y a peut être un peu beaucoup d’eau ! E que je n’avais pas ressenti sur le circuit du Nurbürgring lors de la journée d’essai.

Cette course clôturait la démo, mais ceci donnait accès au mode rival : 4 circuit dont 3 en 1 seul tour et le circuit de Rio, en illimité.

Vous retrouviez le contre la montre classique avec le choix du rival que vous désirez, son fantôme apparaissant devant vous. Toutefois, il fallait ressortir de la démo pour valider son temps, choisir un nouveau rival, ce qui est pénible, car à son habitude, les temps de chargement sont longs ! Voire très longs !

La première épreuve rival sur Lime Rock, en Audi, servait de support à des qualifications pour un événement promotionnel via des youtubeurs (oui je sais, je vais encore dire que c’est la plaie…) : Forza Fuel. Si vous avez suivi le le lancement de Forza Horizon 2, vous connaissez un peu cela.

Cette année, un peu de variation :
5 nations (USA, Royaume-Uni, Canada, Allemagne et la France ) 4 pilotes : 2 meilleurs au chrono de chaque pays (pour la France, les BAM étaient quasi inévitables …) 1 tiré au sort et 1 capitaine (le youtubeur). Donc 20 pilotes virtuels…


Pour la France, pas de changement, c’est le « désopilant » SuperKonnar … Je n’appréciais déjà pas son choix sur Forza Horizon 2, à cause du pseudo et de l’image du personnage. Cela n’a pas changé sur Forza6, j’ai donc choisi de participer pour le capitaine canadien : vintagebeef.

Tout ce petit monde va s’envoler pour le Circuit des Amériques au Texas, à l’issue d’un petit challenge entre eux, le 19 septembre (à suivre sur twitch…), le pilote le plus rapide sera déterminé et il devra affronter un pilote professionnel qui tournera sur le vrai circuit, alors que le challenger tournera sur le circuit virtuel pour une course.

Tout ceci s’accompagne d’une spot de pub TV qui une nouvelle fois est très réussi et qui est lié au titre de ce post.

La bande son est une nouvelle fois excellente !
Ca rappelle des souvenirs ! J’ai joué aux 3 derniers : Pole Position, Chase HQ et Ridge Racer. La verrons-nous sur les écrans français ?

Au final, j’ai trouvé que cette démo donnait un très bon aperçu du jeu à venir !

L’attente pour moi va se terminer dès demain soir et je recevrais la semaine prochaine XboxOne spéciale Forza 6. Vous retrouverez donc dans quelques jours un post qui lui sera dédié !

Que j’ai hate ! Allez plus qu’une journée à attendre ! Pour les versions boites, faudra attendre le 18 septembre.

Call of Duty Elite , c’est quoi ?

Depuis longtemps, on en entendait parler et ces rumeurs vont désormais être confirmées : Call of Duty Elite est une réalité !

 

Mais qu’est ce que c’est réellement ? un nouveau jeu ? un jeu « free to play » ? un statut particulier que pourrait acquérir les joueurs ?
Passons sur le style potache du type que se fait descendre à répétition, qui avait déjà été utilisé pour certaines vidéos de promotions sur le net des jeux Call Of Duty précédents.

Ainsi on y apprend que Call Of Duty Elite, sera un service en ligne mis à disposition des joueurs, qui leur permettra de retrouver leurs statistiques de jeu, de voir leurs phases de jeu décortiquées, avec la localisation des zones où ils sont mort, des zones où ils ont le plus fraggué etc. Mais pas seulement, il permettra également d’obtenir de nouvelles cartes, d’avoir le plan détaillé des cartes et des informations détaillées sur les armes pour mieux les utiliser dans le jeu, et aussi d’avoir des fonctionnalités de type « réseau social » permettant aux joueurs de se retrouver selon leurs centres d’intérêts, de partager leurs vidéos.

Attention toutes les fonctionnalités ne seront pas payantes, il y aura deux niveau d’utilisateurs : ceux de bases et les premium qui payeront un abonnement. Le coût et les modalités de cet abonnement n’ont pas encore été dévoilés. Apparemment ne pas souscrire à Call of Duty Elite ne vous empêchera pas de jouer online ! Mais ce qu’apportera la partie payante de Call Of Duty Elite, ne pourra pas être accessible par support physique.

Pour la disponibilité, on peut penser qu’il sera disponible en même temps que Call of Duty Modern Warfare 3 et qu’il fonctionnera même pour des jeux plus anciens. La présentation étant faite par exemple sur Black Ops … Mais je ne sais pas si ce sera disponible sur tous les supports et s’il sera accessible par l’intermédiaire de sa console de salon. Si ce n’est pas le cas, cela a encore moins d’intérêts à mes yeux.

Ce genre de service ne m’étonne assez peu en fait et n’est pas particulièrement novateur, on peut retrouver, gratuitement, des éléments de ce type dans le Gun Club d’EA par exemple, ou le service Halo Waypoint sur la Xbox360 et aussi le service gratuit d’Ubisoft : Uplay. Il faudra d’ailleurs un jour que je fasse un petit article sur tous ces services et ce qu’ils apportent.

Seuls pour le moment Activision et son CEO Bobby Kotick,osent bousculer les joueurs et vider leurs portefeuilles pour ce genre de service plus étoffé.
Mise à jour : J’avais oublié le service Bungie.net qui propose ce genre de service depuis déjà quelques années.
J’ai tendance à croire que cela, à l’image des pass Online, risque de se généraliser.
En même temps, si cela ne perturbe pas trop la possibilité de jouer en ligne, cela me dérange assez peu. J’ai seulement peur que ce soit un investissement un peu forcé du fait des nouvelles cartes et de la volonté de jouer avec ses amis.

Je pense qu’on en apprendra plus pendant les salons de l’été.

Maintenant à vous de me dire ce que tout ceci vous inspire et si vous seriez prêts à dépenser quelques euros par mois pour faire partie du Call Of Duty Elite !

Forza Motorsport 6 : Nuit, jour ou pluie avec votre circuit ?

Boulot, vacances et jeux vidéo voici ce qui m’a tenu éloigné de l’éditeur de billets du blog.

Puis, il y a eu la Gamescom 2015 qui s’est tenue à Cologne la semaine dernière du 5 au 9 aout.

J’ai plein de choses à vous raconter à ce propos, mais ce n’est pas la teneur de ce billet.
J’ai repris la plume pour vous donner une info importante pour Forza 6 ! Comme vous devez commencer à le savoir, je suis plutôt fan de cette licence et elle me le rend bien !

Une des nouveautés de l’édition à venir, c’est enfin l’arrivée de courses sous la pluie et de courses dans la nuit, malheureusement on aurait aussi aimé des courses sous la pluie dans la nuit, mais là on en demande un peu trop…
Impliqué dans le site www.forzamotorsport.fr, j’avais proposé de leur faire un article à mon retour sur la Forza 6 à la Gamescom. Ce que j’ai fait en début de semaine. Je me suis donc trituré la tête pour essayer de leur dégoter un maximum d’info sur le jeu.

Mais nous savions que les conditions atmosphériques n’étaient pas disponibles sur l’ensemble des circuits cependant nous n’avions pas la liste complète …
J’étais entrain de trier et de traiter les photos que j’ai prises lors du salon et notamment celles concernant l’entrevue avec Dan Greenawalt, le type à la tête du développement de Forza 6. Sur les murs du petit salon où nous étions installés, il y avait des petits affichettes sur les circuits annoncés lors de la conférence Xbox la veille… Regardant plus précisément, je voyais qu’il y avait une liste avec des petits ronds de couleurs à coté : noir, jaune, bicolore orange, bicolore bleu en bas des affichettes, sauf qu’en arrière-plan de portrait donc flou.
une petite question auprès des amis de Console-toi.fr qui avait eux-aussi assisté à une présentation sur Forza 6 m’a permis de récupérer l’image suivante:

On y voit donc clairement la liste des circuits et ces petits ronds de couleurs indiquant l’un le jour, l’autre la nuit, le suivant le coucher de soleil et le dernier la pluie !
Nous avions la liste des circuits et des conditions atmosphériques sous les yeux et personne (me semble-t-il ) l’a vraiment remarqué et en a fait un article !
C’est donc en exclusivité que je vous indique ci dessous le circuit et les conditions que l’on y rencontrera !

– Alpes : jour ;
– Bathurst : soleil couchant ;
– Brands Hatch : jour et pluie ;
– Catalunya : jour ;
– Circuit des Amériques : jour ;
– Daytona : jour et nuit ;
– Hockenheim : jour ;
– Indianapolis : jour ;
– Laguna : jour ;
– Le mans : jour, nuit, pluie ;
– Lime rock : jour ;
– Long beach : jour ;
– Monza : jour ;
– Nurburgring : jour, nuit, pluie ;
– Prague : jour ;
– Road America : soleil couchant ;
– Road Atlanta : jour ;
– Rio : jour ;
– Sebring : jour, nuit, pluie ;
– Silverstone : jour et pluie ;
– Sonoma : Soleil couchant ;
– Spa : jour, nuit, pluie ;
– Test Track : jour ;
– Top Gear : jour et pluie ;
– Watkins Glen : Jour ;
– Yas Marina : jour et nuit !

On va avoir de quoi bien s’amuser à se tirer la bourre avec plus de 450 caisses à 24 !

Un peu inquiet au début, ce Forza 6 m’enthousiasme de plus en plus et j’ai désormais hâte de pouvoir y jouer le 10 septembre, car j’ai pris l’édition digitale ultime sur le Xbox Live.